La détresse d’une Princesse

Aujourd’hui pas de déco, pas de shopping… Juste la détresse d’une maman sans enfants.

Je n’ai pas pour habitude de parler de moi sur mon blog, ou alors de manière très discrète, mais aujourd’hui je tiens à vous raconter ce que l’administration me fait vivre parce qu’il y a des choses que l’Homme doit savoir.

Stéphane Hessel disait « Indignez-vous ! », et aujourd’hui je m’indigne et je dénonce. Je dénonce le calvaire que peut faire vivre l’administration à une maman endeuillée.

 

Le 12 avril dernier, vous le savez, j’ai accouché spontanément de mes deux petits pois, amours éternels, malheureusement nés sans vie à presque 5 mois de grossesse. Ceux qui ont vécu ce drame savent à quel point c’est déchirant et ceux qui ont des enfants peuvent peut-être imaginer la souffrance que c’est…

Je suis sortie de l’hôpital, et j’ai dû réapprendre… Réapprendre à être moi… Une enveloppe vide qui doit continuer à avancer…

J’ai appelé la Sécurité sociale et on m’a dit que je n’avais pas le droit au congés maternité… Ma maternité était niée. Je n’avais pas d’enfants, pas de statut… juste des images, des souvenirs gravés dans ma mémoire, mon cœur et ma chair a jamais modifié et le devoir de vider une petite chambre…

Au fond, du fond, les médecins ont prolongé mon arrêt maladie. (J’ai été arrêtée très tôt durant ma grossesse à risque.)

 

Vint le jour où il fut temps pour moi de reprendre le boulot, pour continuer ma route, avec dans le coeur ces deux nouvelles petites étoiles. Malheureusement l’accueil au boulot fut terrible…

L’espèce humaine peut être terrifiante parfois. Moi qui suis quelqu’un de profondément humaniste j’ai rencontré la face noire de l’Homme et elle est encore plus laide que ce que l’on peut imaginer…  Devant les propos qui me furent tenus (discriminants, abjectes, indignes, culpabilisants), la médecine du travail ainsi que mon médecin ont prescrits une reprise à mi-temps thérapeutique dans l’attente d’une rupture de contrat.

 

Il y a quelques jours je me suis aperçue que la CPAM me versait des indemnités posenatales (en effet dans un autre monde, si mes bébés n’avaient pas été aussi pressés… j’aurai dû entamer mon congés maternité officiel à cette date…). J’ai donc pris contact auprès d’eux pour qu’ils stoppent la chose. Une chose terrible psychologiquement je vous l’assure…

Là c’est la descente aux enfers…. une expert s’empare de mon dossier et j’apprends qu’en réalité j’avais bien le droit à un congés maternité suite à mon accouchement…  mais que j’ai repris le travail trop tôt (il y a un délai légal à respecter avant de reprendre le travail suite à un accouchement) et que donc j’ai perdu ce droit. Néanmoins ils m’ont versé des indemnités (on ne sait pas pourquoi, du jour au lendemain – deux mois après l’accouchement –  mes indemnités de maladie se sont transformées en congés maternité à la date du lendemain de mon accouchement alors que jusqu’à présents mes relevés notifiés bien un congés maladie.) et il va certainement falloir rembourser cette somme…

Voilà le résultat de l’incompétence d’une fonctionnaire qui  a préféré me répondre « Non » lorsque je lui ai demandé si j’avais la possibilité d’être en congés maternité pour entamer mon deuil… plutôt que « Je ne sais pas, je vous passe quelqu’un…. »

 

La sécurité sociale m’a privé de mon droit au congés maternité, de la reconnaissance de mon statut de mère… une mère sans enfants à bercer, certes, mais une mère, une mamange pour reprendre ce très beau terme.

Je suis en colère, je suis dégoûtée… fatiguée de devoir me battre pour qu’on puisse obtenir ce à quoi nous avons le droit. Fatiguée de l’incompétence de certains… Admettre que l’on ne sait pas est la plus grande des sagesses comme le soulignait Socrate… Dommage que cette conseillère n’ait pas été versée dans la philosophie.

 

Je voulais dénoncer le manque de prise en charge que l’on subit (oui, oui, j’ai bien dit « subit ») suite à la perte de nos enfants…

Dans ces moments là tout s’effondre, on vit dans une bulle noire et certaines personnes s’efforcent de nous y enfoncer (Cette conseillère qui n’a pas su reconnaitre son incompétence, mes médecins qui m’ont dit que je n’avais pas le droit au congés maternité car mes enfants étaient nés sans vie et non morts nés…, ma patronne qui a tenu des propos qui vont au delà de tout ce qu’on peut imaginer…).

Bref… heureusement qu’à côté de tout cela nous avons reçu le soutien nécessaire de la part de la famille et des amis, les vrais… et merci à vous aussi pour vos messages… Ça m’aide à tenir même si parfois j’ai l’impression que jamais je ne parviendrais à rebâtir un monde serein…

 

Voilà… Fin de mon indignation… enfin sur le cabinet, car dans la vie… : )

 

Promis le prochain article sera fidèle au Cabinet ! ;)

 

 

 

 

Princesse aux bidouilles

69 Comments

  1. la lecture de ton billet me laisse sans voix…..j’hallucine complètement et même si les mots ne pourront rien changer je tenais à te témoigner mon soutien……

  2. J’ai envie de dire que ça m’étonne même plus, les administrations sont sans âmes et bêtes comme des pieds. Quel courage de traverses tout ça et de venir nous en parler :) Des grosses bises !

  3. malheureusement je ne suis guère étonnée de tes déboires avec l’administration.Pour ma dernière grossesse, la cpam a découvert lors de mes congés avant mon accouchement que j’étais enceinte alors
    que j’etais arretée depuis le début pour grossesse pathologique…..chercher l’erreur..Aucune comparaison avec ton cas . Cela me laisse sans voix. Heureusement que tu es bien entourée mais malgré
    tout tout cela doit etre très difficile à vivre.Courage. Je ne peux que t’assurer de mon soutien.Je t’embrasse

  4. L’administration peut se montrer abominablement inhumaine lorsqu’on ne rentre pas dans leurs petites cases bien cadrées… Je sais combien ça peut être dur à vivre, alors que ma situation est bien
    différente, je ne peux donc que t’envoyer tout mon soutien. N’hésite pas à chercher des gens qui peuvent t’aider (association ou tout simplement une connaissance qui est à l’aise dans ce genre de
    chose), car ce genre de souci peut vite devenir bouffant, alors que tu n’as vraiment pas besoin de ça en plus en ce moment… Bon courage.

  5. Oh la la, je suis aussi dégoutée que toi. C’est dans ces moments là qu’on voit la connerie des gens (y’a pas d’autres mots). Il ne faut pas s’attarder sur eux, juste profiter des « bonnes »
    personnes, sur lesquelles on peut compter… J’aime à penser qu’il y aura un retour de bâton pour ce genre de personnes! En tout cas, bon courage et mille pensées positives pour toi et ton mari

  6. Oh Axelle, je t’envoie plein de bisous. Je ne sais pas quoi te dire, juste que je suis hyper touchée de lire cet article et le précédent qui m’avait bouleversé. Ce n’est pas permis d’infliger des
    épreuves aussi dures à quelqu’un. J’espère tellement qu’il y aura des jours plus heureux, tu le mérites tant. Elise

  7. Il faut que je vois un article personnel pour oser commenter sur ton joli blog mais c’est plus fort que moi, la maladresse et le manque d’humanité de certains me désole. Le coté figé de
    l’administration n’est vraiment pas adapté à la vraie vie,c’est terrifiant. Comment veux tu reprendre le dessus quand ils te ramènenent au fond à chaque fois. Plein de courage pour la suite. Des
    bisous

  8. Comme si la situation n’était pas déjà assez difficile pour toi, il faut que l’administration en rajoute… Je trouve cela insensé et je suis de tout coeur avec toi; j’espère sincèrement que tu
    finiras par rencontrer un fonctionnaire compétent et avec un coeur.

  9. je ne trouve pas les mots justes, mais je ne pouvais pas rester sans te répondre…
    je t’envoie du courage et t’embrasse

  10. J’ai juste envie de dire que je pense fort à toi et je t’envoie plein de courage… Il m’a fallut 3 ans de combat pour avoir mon Miniloup, j’ai traversé des moments douloureux et pourtant ce que tu
    vis me parait bien plus dur encore… alors sache juste que tu n’es pas seule, que plein de petites étoiles positives volent vers toi car elles sont envoyées avec le coeur… Des bises et du
    courage !

  11. moi j’appelle ça le « pouvoir des incapables » … pourrir la vie des autres avec leurs toutes petites fonctions

    j’ai connu une chef comme la tienne c’est juste invivable quand la vie est déjà si cruelle

    Que tes petits anges te montrent le bon chemin

    Bises

  12. Comme si l’épreuve que toi et ton conjoint traversez n’est pas assez dure il faut qu’ils vous en rajoute une couche au lieu de vous faciliter les choses.
    Il semble effectivement que le pouvoir de nuisance de certaines personnes à de petites fonctions soit finalement plus grand que ce qu’il n’y parait.
    Je vous souhaite à tous les deux beaucoup de courage.
    Malgré le chagrin vous parviendrez un jour à relever la tête j’en suis sure !

  13. que d’épreuves traversées,un peu d’humanité que diable!…
    Prendre de la distance,se reconstruire, tout cela est long et je sais de quoi je parle,heureusement que certains êtres ont encore du bon sens et de la gentillesse. Avec le temps tu fais la part des
    choses et des choix de vie, de travail différents, j’espère de tout coeur que tu retrouveras un équilibre, d’autres projets et que la vie d’après sera remplie de choses douces, une de tes lectrices
    assidues

  14. Malgré tout ce que j’ai pu voir et vivre (avec mon boulot, je vois le côté obscur … ), j’avoue que l’espèce humaine me laissera toujours sans voix malheureusement … Même si on ne se connaît
    pas, je suis de tout coeur avec toi.

  15. Bonjour, je suis indignée en vous lisant. C’est affreux et je vous envoie tout mon soutien. Je suis psychologue et je travaille avec des personnes endeuillées au quotidien. Je vous recommande le
    site http://www.traverserledeuil.com Christophe Fauré à écrit sur le deuil des enfants. Bon courage Emilie

  16. Quelle calvaire et quelle horreur surtout ! Je ne peux qu’imaginer à quelle point ton indignation à pus être grande et continu certainement de l’être. J’ai aussi eu des déboire avec
    l’administration francaise … c’est une administration d’incapables, ils nous ballade, ils savent paaas, faut rappeler pluuus tard, « Voyez mademoiselle la personne qui peut vous aider n’est pas là
    … et on sait pas quand elle sera re-là, et on s’en fou de votre problème » …
    Je te souhaite plein de courage pour cette épreuve de la vie, en espérant qu’un jour tu puisse retrouver la sérenité !

  17. Petite princesse, je suis de ces lectrices silencieuses qui jamais ne s’expriment… Une fois n’est pas coutume…
    Il y a un peu plus de 2 ans, j’ai perdu mon petit Noé à presque 5 mois de grossesse, mais juste avant le stade administratif des 21 semaines. Donc pas de congé de mat, pas de considération. On a
    classé ça dans les fausses couches! Mes supérieurs et collègues se sont indignés de mon absentéisme. J’ai entendu toute sorte de commentaires qui m’ont fait bien de la peine. Mais personne ne
    comprend cette douleur infâme et ma détresse lorsque que je tenais dans mes bras le petit corps sans vie de mon tout petit. Personne n’a ressenti ce vide infini au fond de mon ventre. Personne n’a
    affronté ce cauchemar qui se répétait chaque jour.
    Le temps a passé et grâce à mon petit ange, j’ai retrouvé la sérénité. Mais c’est long, j’y pense encore chaque jour.
    Courage petite mamange.
    « Le bonheur en partant à dit qu’il reviendrait. » (Jacques Prévert)
    PS: ici, en Alsace, il y a une légende. Si on met un morceau de sucre au bord de sa fenêtre, une cigogne vous ramène un bébé l’année suivante. J’ai pour ma part reçu une petite Madeleine, de
    bientôt 18 mois. Mon petit espoir!

  18. Nous ne nous connaissons pas, nous sommes simplement des visiteurs réguliers de votre blog… et aussi des parents. Il y a déjà beaucoup de beaux témoignages, alors nous ne rajouterons rien,
    simplement vous assurer de notre soutien et de notre profonde indignation.

  19. Comme toi j’ai perdu mon tout petit à 5 mois de grossesse ,
    il y a 3 ans déjà .
    Un accouchement douloureux , les commentaires méchants aux quels ont doit faire face & l’indignation quand on doit faire face à tant de paperasse .
    Je me souviens de tout ,
    et mon corps et mon cœur en sont resté meurtri !

    Tout ça , cette douleur & cette incompréhension , on croit que l’on ne s’en remet pas !
    J’étais une maman sans son enfant ,
    & j’avais peur de ne jamais être capable de recommencer .
    De donner la vie .. .

    Alors je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire mais aujourd’hui je suis enceinte d’un peu plus de 6 mois , et c’est , malgré la peur , la plus belle chose qui pouvait m’arriver à nouveau
    !
    Je n’oublierai jamais mon bébé ange , mais tu ne dois pas perdre de vue l’espoir d’une vie heureuse , d’un amour inconditionnel & d’un rire prochain de celui à qui tu donneras la vie .

    Courage ,
    et ne t’occupes pas de ces gens méchants & incompétents !

  20. Je suis d’habitude une lectrice « silencieuse », mais je me devais de te laisser un petit mot. Je découvre avec émotions et révolte cet article très personnel… Je suis écoeurée par ce que je viens
    de lire… Je ne pensais pas que c’était possible.
    Tu as du courage, beaucoup de force.
    Je croise les doigts pour qu’une éclaircie arrive enfin.

  21. Je ne savais rien du drame que tu as vécu en avril… ni cet acharnement par l’administration !!! je m’excuse, j’ai du passer à côté…
    En tant que maman, je mesure la descente aux enfers… et je ne sais pas si j’arriverais à faire face comme tu le fais ! Tu as un courage incroyable !! Je te souhaite sincèrement que tout cela
    rentre dans l’ordre au plus vite et que tu puisses trouver tout le bonheur que tu mérités dans cette vie trop injuste :-(
    Bisous
    DeLpH

  22. Nous sommes tristes pour vous, petite mamange, mais nous serons toujours là pour vous épauler. Tu sais que si vous avez besoin, nous ne sommes pas loin. Plein de bisous.

  23. Bonjour,
    Bien que je sois assistante sociale, je ne suis pas spécialisée dans ces questions-là, j’interviens dans un autre domaine… toutefois, certaines collègues pourraient t’aider à démêler tout cela,
    je crois, ou du moins t’accompagner et te conseiller. Je t’invite à te rapprocher du service social de la CPAM / CARSAT… je peux tenter de te trouver des coordonnées un peu plus précises si tu le
    souhaites ? j’ai simplement besoin de ton département et que tu me confirmes que tu es assurée du régime général (CPAM)… bon courage en tout cas, j’espère que le soleil brillera à nouveau pour
    toi très vite.
    Charlotte.

  24. Bonjour Charlotte, Merci énormément pour ta proposition. J’ai saisi un conciliateur CPAM et mon dossier est en cours de traitement. Croisons les doigts pour que ca aboutisse ! Encore un grand
    merci !

  25. Merci Delphine. Le courage s’apprend tous les jours, comme le fait de puiser de la force pour continuer à avancer… A très bientôt !

  26. Un énorme merci Emy. Tes paroles m’apportent un grand réconfort. Merci !  La vie est parfois injuste mais elle sait se montrer belle aussi, je le sais :) Tout le bonheur pour toi et ta
    petite famille. Plein de pensées ! :)

  27. Merci pour ce témoignage qui me bouleverse ! Ca fait du bien de savoir qu’il y a des gens qui comprennent ce que je traverse pour l’avoir vécu… Je me sens moins seule… Soit sûre qu’un morceau
    de sucre trône désormais sur ma fenêtre et j’espère qu’une cigogne alsacienne fera le déplacement jusqu’à Bordeaux pour ravir une petite Princesse parfois bien triste… Merci énormément pour tes
    mots…du fond du couer ! Tu n’imagines pas combien ils me font du bien ! Merci !!

  28. Bonjour princesse,
    J’ai suivi ton histoire en silence comme beaucoup, et je suis très triste de voir que l’on peu venir te rappeler d’une manière violente un moment de ta vie qui reste vide. Aussi j’ai 2 amies qui
    ont vécues la même chose. L’une d’entre elle vient de donner naissance à une très jolie petite fille. Et je pense sincèrement que tu auras cette chance car il faut le dire : tu mérite une autre
    aventure dans le monde des bébés. Je suis maman de 2 grandes filles et je sais à quel point une maternité est belle quand on le souhaite autant.
    Je suit ton site tout le temps et, te dit, félicitation pour ta volonté et ta gentillesse.
    BISES
    Vava la luciole

  29. Je suis déjà venue poster un petit mot pour te parler de ma soeur qui a perdu sa fille à 1semaine du terme et moi ma première fille à 4 mois de grossesse. Nous sommes nous aussi passé par des
    moments horrible. A 4 mois de grossesse, je n’ai même pas accouché, et cette grossesse n’a d’ailleurs jamais existé. Dans les fameux papiers que l’on rempli par la suite, je ne peux pas cocher
    grossesse précédente puisque j’ai perdu ma fille à 16 semaines, et 16 semaines ben c’est rien… Effectivement ma puce n’est pas rentré dans la case, pas d’accouchement, pas d’enterrement et pas de
    grossesse, elle n’a pas de prénom (à part dans mon coeur) et n’a finalement jamais existé. Heureusement que chez nous ce n’est pas tabou et que nous en parlons, elle existe pour nous. Mais c’est
    vrai que tout comme toi je me suis heurtée à l’incompréhension et même la méchanceté des gens. Mes collègues de travail ont été « soulagés » (c’est leur terme) quand j’ai perdu ma fille, comme ça,
    ils n’ont pas eu à me chercher une remplaçante !!! Bref, moi je n’ai pas eu à subir ces déboires administratifs mais ma soeur si. Elle était déjà en congé maternité et pour qu’il se poursuive après
    la naissance, il fallait fournir un acte de naissance. Ce que bien sûr ma soeur n’avait pas puisque son bébé est né sans vie. Elle n’a donc qu’un acte de décés. Elle a donc été baladée de service
    en service pour répéter en boucle cette horrible vérité, mon bébé est né sans vie, je n’ai pas d’acte de naissance, put… de bord… de m… laissez moi faire mon deuil… Cette incompréhension,
    ce manque total d’humanité, c’est horrible et désastreux. Pour en plus (désolée, j’amplifie le coup de gueule :/ ) au final avoir un bébé non reconnu elle aussi. Ma nièce étant née sans vie, elle
    n’a pas de nom. Elle a été inhumée avec juste son prénom, elle n’a pas le droit d’avoir un nom. Elle en aurait eu un si elle était vivante et était décédée par la suite. Elle est quand même dans le
    livret de famille de ma soeur, mais comme ma soeur s’est mariée par la suite, ma nièce n’est pas dans le nouveau. Le nouveau livret de famille contient ma soeur, son mari et leur fils né après
    mariage, mais pas leur fille… Et ça aussi c’est très dur pour les parents. Ma soeur pleurait le jour de son mariage car elle était enceinte, se mariait et ne verrait pas sa fille dans son nouveau
    livret, dans sa nouvelle vie… Enfin, je vais arrêter là, je pense que tu sais tout ça et effectivement il y a pas mal de choses à revoir pour nous respecter nous mamanges et nos bébés partis trop
    tôt.
    Ce qu’il faut retenir, c’est que la vie reprend ses droits après, que nos anges sont dans nos coeurs et dans ceux de leurs frères et soeurs. Ils grandissent en nous et nous rendent plus fort. Grâce
    à eux nous sommes forts et nous nous sommes construits en tant que parents un peu plus tôt que les autres ;) Mes deux filles me remplissent de joie et j’aime à penser qu’elles ne seraient pas ce
    qu’elles sont sans leur grande soeur ange, sans ce que j’ai vécu. Elles sont pleines de vie et de joie… Voilà, je pense que j’en ai assez dit et peut être même trop. Désolée de m’être autant
    étendue… Bon courage, nous serons toujours là pour te soutenir et t’écouter !

  30. Je viens discrètement mais régulièrement visiter ton blog.

    Ton histoire m’a beaucoup touchée car j’ai vécu la même chose il y a deux ans : la nouvelle qui tombe comme un couperet, l’accouchement, le sejour a la maternite, le retour à la maison le corps
    meurtri et sans bébé, la cremation. Le cauchemard. Et le vide absolu …

    Nous avons été entourés au niveau familial et par nos amis, mais au boulot et avec l’administration ce fut autre chose. Ce fut dur mais il faut se battre, et je ne me suis pas retenue de leur
    rappeler ce que j’endurais pour les mettre face a leur betise.

    Heureusement, avec le temps, ça va mieux même si ces souvenirs seront toujours là… Il faut s’accrocher à ce que la vie a de beau.

  31. Il est vrai qu’il est difficile pour ceux qui ne l’ont pas vecu de comprendre ce qu’est la perte d’un bebe si petit…ma toute petite je l’ai tenue dans mes bras…j’ai accouche, j’ai eu la montee
    de lait, j’ai ete en conge maternite…toutes des expressions affreuses quand nos bras sont vides de ce bebe attendu et aime…nous avons meme eu l’allocation naissance de la caf…incroyable! Et
    meme ceux qui nous aiment ne savent pas que pour toute la vie on pensera chaque jour a celui qui ne grandira pas…que ce n’est pas parce que on a d’autres enfants qu’on oublie et qu’on passe a
    autre chose…cela sera votre tache sur le coeur…cela fait partie de vous… Eloignez de vous et blindez votre coeur ceux qui vous font du mal… Ceux qui vous aiment sont la…continuez d’etre
    ce que vous etes…j’ai fait comme vous, vivre, aimer la vie, aimer chaque instant… Et bientot un enfant je l’espere de tout coeur pour vous… Pas un remplacant, un autre, le troisieme… J’ai
    trois filles, deux les pieds poses au sol, et une etoile…pour leur papa et moi, elles sont indissociables…nos trois filles… Je vous embrasse, je vous envoie plein de bonnes ondes…courage!
    La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie…

  32. C’est honteux !!
    J’espère que bientôt un nouveau petit pois fera son apparition et apaisera ta colère. Bon courage !

  33. Merci de tout mon coeur Helene pour ces paroles qui me touchent profondément… Les histoires sont toujours différentes mais au fond nous sommes si proches… merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 61 = 70