Deuil périnatal : le 15 octobre, brisons le tabou !

deuil-peri-15_octobre

 

Le 15 octobre, comme tous les ans, aura lieu la journée de sensibilisation au deuil périnatal.

Cela fait maintenant plus d’une heure que je tente de rédiger un nouvel article en vain… Ce soir les larmes chassent les mots… Alors je vous invite à relire mon article sur le sujet Ce que j’ai envie de vous dire et à le partager afin de briser le tabou.

Et pour ce qui est de ce post, je vais me contenter de vous copier les liens de mon histoire afin d’aider d’autres paranges et leur entourage. J’aimerais leur montrer que le chemin peut, à nouveau, être beau !

L’annonce heureuse

L’annonce de la perte

L’errance administrative

La nouvelle grossesse

Le bilan de l’année envolée

La revanche de la vie

Ma résilience

N’hésitez pas à lire les commentaires qui m’ont beaucoup aidé à traverser cette tempête dans ma vie. Et j’en profite, une fois encore, pour remercier toutes les personnes bienveillantes qui m’ont soutenu durant ces épreuves. Vous avez été une vraie bouée.

…………………………………………………………………………………………….

J’ajoute, pour les girondins, qu’une marche des étoiles est organisée à Bordeaux ce samedi 10 octobre par l’association « Chemin des étoiles » à partir de 17h30. (Départ Parvis de la Maison Ecocitoyenne sur les Quais). La marche s’achèvera par un recueillement tout en lumière.

De 13h30 à 16h30 de nombreuses animations seront proposées pour PETITS et GRANDS et pour TOUT PUBLIC familles touchées ou non par un deuil périnatal.

La page facebook de l’association

deuil-peri-15_octobre

Sensibilisation au deuil périnatal… ce que j’ai envie de vous dire

deuil-perinatal-prncesse-aux-bidouilles

deuil-peri-15_octobre.png

 

Il existe un mot que vous ne trouverez pas dans les dictionnaires. Un mot du coeur, un mot…un état, un passé devenu notre présent… pour nous qui avons dû inventer l’indicible. Ce mot ? Mamange…

Un mot poétique pour traduire l’horreur. Un mot pour dire ce que nous sommes, ce que nous avons vécu et ce dont on nous a privé. Un mot qui n’existe pas dans le dictionnaire car notre mal est tû…tabou.

 

Aujourd’hui nous sommes le 15 octobre, aujourd’hui c’est la journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal.

Aujourd’hui, comme hier ou demain, des bébés à naitre ou à peine nés vont partir rejoindre nos ancêtres.

Aujourd’hui, comme hier, des hommes, des femmes, des parents, des couples, des amis, des patrons vont nier notre mal. Vont nous dire de nous taire, d’oublier, d’avancer… « Vous êtes jeunes », « Vous en aurez des enfants »… il est inutile de ressasser… alors je dirai à ces personnes que ce qui pour eux appartient au passé c’est justement ce qui fait notre présent. On ne peut oublier et l’on ne doit surtout pas oublier…

 

Le deuil périnatal ce n’est pas le deuil de la maternité. Le deuil périnatal c’est le deuil d’un ou plusieurs enfants, comme dans mon cas.

Le deuil périnatal n’est pas un deuil classique, c’est le deuil de l’avenir… l’avenir avec les enfants que vous avez porté, que vous avez aimé, nommé, attendu… Des enfants que vous devez aujourd’hui visiter au cimetière, si vous en avez le courage…

Le deuil périnatal c’est garder en mémoire les sensations de ces mois partagés dans vos entrailles : la rencontre intérieure.

Le deuil périnatal c’est se souvenir de cette nuit terrible où vous avez dû mettre vos enfants au monde et leur dire au revoir. Les bercer dans leur sommeil éternel…

Le deuil périnatal c’est parvenir à trouver ses enfants beaux dans la mort…

Le deuil périnatal c’est continuer à avancer estropié d’un bout de soi…

Le deuil périnatal c’est trouver le courage de vider une chambre d’enfants dans laquelle vous n’entendrez jamais les rires de vos Milo et Théo…

Le deuil périnatal c’est avoir peur de vivre une nouvelle grossesse parce qu’on vous a volé votre innoncence et que maintenant vous savez…

Le deuil périnatal c’est, parfois, avoir peur de vivre tout court…

 

grossesse-milo-theo-deuil-perinatal-axelle-princesse-aux-bi.jpg

 

Alors oui, le deuil périnatal est un deuil dérangeant… mais le deuil périnatal est un deuil respectable. Un deuil qui doit être dit et non tû. Un deuil qui est propre à chaque parange endeuillé. Un deuil qui demande du temps, parfois court, parfois long, avant de faire de ce drame un moteur de vie, une essence nouvelle, constructrice. Mais pour atteindre cela, il faut pouvoir parler, être écouté et non jugé.

 

Le deuil périnatal est un deuil qui n’arrive pas qu’aux autres… et avec ce texte j’aimerai toucher les personnes qui, je le souhaite, ne seront jamais touché par cette épreuve afin que vous compreniez… et surtout afin que certaines phrases ne soient jamais prononcées… Vous n’imaginez pas les horreurs que nous, mamanges et papanges, avons et entendons encore…

 

Et pour vous petites mamanges qui me lisaient…

Dans ma vie j’ai eu 3 enfants… trois petits garçons dont un que j’ai le bonheur de voir grandir.

Parfois je me dis que des mondes parallèles existent… Une autre moi a le bonheur de voir grandir ses jumeaux. Une autre moi… A la vie différente. Une moi, que je ne serai jamais….
Alors je regarde ma vie… Un an et demi après mon drame… Et je me dis que la vie m’a joué des tours mais qu’au final je suis heureuse…. Une mamange amputée de ses jumeaux mais une maman qui regarde son bébé espoir grandir, une femme qui a repris sa vie en main et qui écrit son chemin plutôt que de le subir… Alors je suis heureuse. Heureuse du cadeau que mon Milo et mon Théo m’ont donné… un an et demi est passé et je suis heureuse.

Une partie de moi est avec eux, une partie d’eux est avec moi, et j’avance…. J’avance en souriant avec les larmes au bord du coeur… Des larmes non pas de tristesse mais des larmes de reconnaissance.

Le 12 avril 2013, mes jumeaux m’ont redonné naissance. Je suis autre et je peux enfin être moi. Je vous aime mes bébés étoiles, je t’aime mon bébé espoir. Et je peux le dire aujourd’hui, j’aime la vie.

 

princesse-aux-bidouilles-famille2.jpg


Belle route à vous petites mamanges, laissez-vous guider par vos nouvelles étoiles. Il n’y a qu’ainsi qu’on peut honorer leur mémoire.


A nos anges, étoiles, petits moteurs de vie : MERCI !
 

 

Tous ensemble brisons le tabou !