L’heure du bilan de 2013, et belle année 2014 à tous !

princesseauxbidouilles

Voilà. Elle est finie cette année 2013… Je peux dire sans mentir qu’elle aura été la plus riche de toute ma vie et qu’elle restera marquée dans mes pensées tout au long de mon existence…

 

Cette année 2013 a commencé par une grande épreuve, celle d’accepter de grandir et de devenir mère. Quelque chose de naturel pour certaines et une chose qui s’apprivoise pour d’autres. Des sentiments confus qui s’entrechoquent sous un fond d’amour pour ce petit être que tu sais grandir en toi même si tu ne le connais pas encore…

Puis il y eu LA surprise. Il n’y avait pas Un mais Deux bébés !! « Quoi ? Mais c’est une blague ? Nous n’avons pas de jumeaux dans nos famille !! » o-O… Ok, ok… là tu es projetée dans un monde dont tu ne maitrises pas encore les codes mais où tu joues à la mère d’une famille de 4. Ca fait peur… mais doucement… tu souris, tu te projettes, tu apprécies et tu aimes. J’arrête alors le travail: grossesse à risques disent-ils…

Je passe alors 5 mois à me consacrer à mes bébés, Milo et Théo. Je les attends, je les sens… je les aime… Puis vient cette nuit de cauchemar d’avril. Je n’avais pas compris…  Je n’avais pas compris que j’accouchais. Vous êtiez là, en moi, bien vivants, tandis que mon corps (cet idiot) vous chassait.

Dans les livres on vous apprend à donner la vie, pas la mort… à faire le deuil du passé, pas du futur… Après le bonheur, je découvrais l’ultime souffrance, celle de perdre ses enfants. Celle qui vous fait crier comme un animal la nuit, celle qui vous empêche de lâcher cette radio au crochet qui joue une berceuse et sur laquelle vous avez fait un transfert…

 

Vint alors le temps de relever la tête, de retourner au travail pour continuer à vivre, ou faire semblant tout du moins… On est au moins de juin, il y a un an je disais Oui à l’homme de ma vie… Je pensais trouver dans le travail un élan salvateur mais au lieu de cela je reçus la violence… « Si nous avions su que tu tomberais enceinte, nous ne t’aurions pas engagé. » « Tu devais revenir qu’à cette période, tu nous mets dans la m**** ». « A cause de toi, on a failli ne pas partir en vacances ». « A ton entretien tu ne nous as pas dis que tu avais une maladie génétique, on ne l’a jamais digéré », « Si tu as trop de pression, nous verrons pour faire une rupture de contrat » … J’ai craqué… et je suis partie suivant les conseils de la médecine du travail et des conseillers en droit du travail. Ma patronne avait gagné… pas la force de me battre et ils l’avaient bien senti.

 

J’ai traversé une tempête. Mais je me suis relevée car je me relève toujours. Bon je mets plus ou moins de temps ^^ L’été commençait et j’ai décidé de créer, d’enfin ouvrir ma boutique, de trouver un nouveau sens. De sortir, m’amuser… retrouver la joie des petits bonheurs et l’insouciance. Vos messages m’ont aidé énormément et je ne vous remercierez jamais assez pour toute l’empathie que vous avez eu à mon égard.

 

Le 28 août, mes enfants auraient dû naitre. cette journée fut atroce pour le papa et moi. Mais bizarrement le lendemain j’étais libérée ! Un poids était parti ! J’étais enfin prête pour reprendre réellement le cours de ma vie… Le 1er septembre un nouveau bébé naissait en moi ! En décembre je subissais un cerclage du col de l’utérus pour que bébé reste bien en moi jusqu’à ce qu’il soit prêt à découvrir le monde ! Et voilà que cette année 2013 s’achève… et que si tout va bien je passerai de « mamange » à maman le 2 juin prochain, date de notre deuxième anniversaire de  mariage. Mon bébé sera gémeaux… Il n’y a pas de hasard…

 

princesseauxbidouilles.jpg

 

Je pense qu’il y a des années charnières dans la vie d’un homme et qu’immanquablement je viens de vivre l’une d’entre elles.

Le 13, nombre de chance et de malchance… J’aurai eu les deux !

 

Alors pour dire adieu à 2013 nous sommes restés, mon mari et moi, en amoureux. Gardant en tête toutes les étapes que nous venions de traverser, la famille que nous tentons de construire, celle passée et celle en cours et le grand Amour que nous partageons et qui est rare et précieux.

 

Save The Date • Axelle & Jean from Chico Video Productions on Vimeo.

 

♥ Je vous souhaite une très belle année 2014 chers internautes ! Du bonheur, de l’amour et la santé ! Et merci, merci, merci !! ;) ♥

Quand le chemin devient beau à nouveau…

deuil périnatal, la grossesse d'après

En février 2011 naissait le Cabinet de la Princesse aux bidouilles. Aujourd’hui, alors que 2013 prépare son départ, je repense à tous ces moments que j’ai partagé avec vous.

Souvent je reçois des mails adorables, des mails qui flattent mon ego, des mails qui me touchent par tant de délicatesse, d’altruisme, des mails dans lesquels vous me remerciez et bien plus encore, des mails qui me donnent du courage dans les dures épreuves que la vie nous impose… Sachez que si je fais « un peu » partie de votre vie, vous êtes aussi un élément essentiel à la mienne.

En avril dernier, je partageais avec vous un peu de ma souffrance…. Je disais au revoir à mes deux bébés étoiles nés trop tôt à presque 5 mois de grossesse… Vos messages ont été nombreux. Merveilleux de réconfort, de poésie… Vous avez su me donner de la force. Alors que j’aurai aimé que le monde s’arrête de tourner…. vous m’avez aidé à me relever.

« Ils auraient pu jouer à d’autres jeux, apprendre à désapprendre. Se taire comme des anges mutins et se bercer dans cet océan de scènes fugaces. Partir vers des aventures dont ils auraient peuplé le monde. Pirates des mers, des terres… mais le trésor s’est enfui. Le coffre s’est refermé et les crabes l’accompagnent vers sa dernière demeure.

La pluie s’abat et une flaque fait Floc. Un nouveau son d’horloge qui  marquera la fin du temps….

Mais après la pluie vient la beauté. Le monde de lumières s’allumera sur le chemin, alors promenons-nous dans les bois et savourons le temps de l’insouciance… »

2 mois après avoir écrit ce texte, un nouveau bébé nous choisissait… et cela fait maintenant 3 mois que nous espérons… :)

Lundi j’irai, plein de courage, à l’hôpital pour mettre toutes les chances de notre côté et éviter que mon corps ne nous lâche une fois de plus. Cette opération va me permettre de rentrer à la maison et de ne pas rester totalement alité.

Ma vie va changer pour les 6 prochains mois pour pouvoir vivre encore plus dans le bonheur après…J’essaierai de rester aussi présente ici qu’en temps normal mais ne m’en voulez pas si je m’éclipse de la toile de temps à autres. ;)

 

♥ Merci mes chers bidouilleurs ! ♥

pab.jpg

Mon petit ventre arrondit… 3 mois…

Un grand merci pour tous vos commentaires. ♥♥♥

La détresse d’une Princesse

Aujourd’hui pas de déco, pas de shopping… Juste la détresse d’une maman sans enfants.

Je n’ai pas pour habitude de parler de moi sur mon blog, ou alors de manière très discrète, mais aujourd’hui je tiens à vous raconter ce que l’administration me fait vivre parce qu’il y a des choses que l’Homme doit savoir.

Stéphane Hessel disait « Indignez-vous ! », et aujourd’hui je m’indigne et je dénonce. Je dénonce le calvaire que peut faire vivre l’administration à une maman endeuillée.

 

Le 12 avril dernier, vous le savez, j’ai accouché spontanément de mes deux petits pois, amours éternels, malheureusement nés sans vie à presque 5 mois de grossesse. Ceux qui ont vécu ce drame savent à quel point c’est déchirant et ceux qui ont des enfants peuvent peut-être imaginer la souffrance que c’est…

Je suis sortie de l’hôpital, et j’ai dû réapprendre… Réapprendre à être moi… Une enveloppe vide qui doit continuer à avancer…

J’ai appelé la Sécurité sociale et on m’a dit que je n’avais pas le droit au congés maternité… Ma maternité était niée. Je n’avais pas d’enfants, pas de statut… juste des images, des souvenirs gravés dans ma mémoire, mon cœur et ma chair a jamais modifié et le devoir de vider une petite chambre…

Au fond, du fond, les médecins ont prolongé mon arrêt maladie. (J’ai été arrêtée très tôt durant ma grossesse à risque.)

 

Vint le jour où il fut temps pour moi de reprendre le boulot, pour continuer ma route, avec dans le coeur ces deux nouvelles petites étoiles. Malheureusement l’accueil au boulot fut terrible…

L’espèce humaine peut être terrifiante parfois. Moi qui suis quelqu’un de profondément humaniste j’ai rencontré la face noire de l’Homme et elle est encore plus laide que ce que l’on peut imaginer…  Devant les propos qui me furent tenus (discriminants, abjectes, indignes, culpabilisants), la médecine du travail ainsi que mon médecin ont prescrits une reprise à mi-temps thérapeutique dans l’attente d’une rupture de contrat.

 

Il y a quelques jours je me suis aperçue que la CPAM me versait des indemnités posenatales (en effet dans un autre monde, si mes bébés n’avaient pas été aussi pressés… j’aurai dû entamer mon congés maternité officiel à cette date…). J’ai donc pris contact auprès d’eux pour qu’ils stoppent la chose. Une chose terrible psychologiquement je vous l’assure…

Là c’est la descente aux enfers…. une expert s’empare de mon dossier et j’apprends qu’en réalité j’avais bien le droit à un congés maternité suite à mon accouchement…  mais que j’ai repris le travail trop tôt (il y a un délai légal à respecter avant de reprendre le travail suite à un accouchement) et que donc j’ai perdu ce droit. Néanmoins ils m’ont versé des indemnités (on ne sait pas pourquoi, du jour au lendemain – deux mois après l’accouchement –  mes indemnités de maladie se sont transformées en congés maternité à la date du lendemain de mon accouchement alors que jusqu’à présents mes relevés notifiés bien un congés maladie.) et il va certainement falloir rembourser cette somme…

Voilà le résultat de l’incompétence d’une fonctionnaire qui  a préféré me répondre « Non » lorsque je lui ai demandé si j’avais la possibilité d’être en congés maternité pour entamer mon deuil… plutôt que « Je ne sais pas, je vous passe quelqu’un…. »

 

La sécurité sociale m’a privé de mon droit au congés maternité, de la reconnaissance de mon statut de mère… une mère sans enfants à bercer, certes, mais une mère, une mamange pour reprendre ce très beau terme.

Je suis en colère, je suis dégoûtée… fatiguée de devoir me battre pour qu’on puisse obtenir ce à quoi nous avons le droit. Fatiguée de l’incompétence de certains… Admettre que l’on ne sait pas est la plus grande des sagesses comme le soulignait Socrate… Dommage que cette conseillère n’ait pas été versée dans la philosophie.

 

Je voulais dénoncer le manque de prise en charge que l’on subit (oui, oui, j’ai bien dit « subit ») suite à la perte de nos enfants…

Dans ces moments là tout s’effondre, on vit dans une bulle noire et certaines personnes s’efforcent de nous y enfoncer (Cette conseillère qui n’a pas su reconnaitre son incompétence, mes médecins qui m’ont dit que je n’avais pas le droit au congés maternité car mes enfants étaient nés sans vie et non morts nés…, ma patronne qui a tenu des propos qui vont au delà de tout ce qu’on peut imaginer…).

Bref… heureusement qu’à côté de tout cela nous avons reçu le soutien nécessaire de la part de la famille et des amis, les vrais… et merci à vous aussi pour vos messages… Ça m’aide à tenir même si parfois j’ai l’impression que jamais je ne parviendrais à rebâtir un monde serein…

 

Voilà… Fin de mon indignation… enfin sur le cabinet, car dans la vie… : )

 

Promis le prochain article sera fidèle au Cabinet ! ;)

 

 

 

 

La princesse aux bidouilles… dit au revoir à ses petits pois…

témoignage sur le deuil périnatal

c7460213a48bc4a23e770a410f0244cf.jpg

 

Bonjour à tous,

Juste un petit message rapide pour vous expliquer mon absence. Le 12 avril dernier mon corps a décidé qu’il était temps pour mes « petits pois » de venir au monde.

Malheureusement la vie n’est pas faite pour accueillir de si petits bébés. Milo et Théo ont donc rejoins le paradis des bébés, si il existe, à presque 5 mois de grossesse…

La Princesse aux bidouilles fait son deuil…. bises à tous.